Banner

 

feliho

Mgr Clet FELIHO, EVEQUE DE KANDI

A l’occasion de la messe de clôture de l’année pastorale, son Excellence Monseigneur Clet FELIHO, Evêque de Kandi a adressé à tous les agents pastoraux de son diocèse cette communication toute centrée sur le thème d’année, la construction d’une famille authentiquement chrétienne.

 

Chers Amis,

A l’issue de cette messe d’action de grâce pour tout ce que le Seigneur nous a donné de vivre au cours de l’année, tant au niveau communautaire qu’individuel, en dépit de nos limites et faiblesses, conscientes ou non ; surtout malgré les obstacles rencontrés sur le parcours, je viens remercier chacun et chacune de sa contribution à la construction de la maison habitée par l’Esprit, pour constituer une sainte communauté sacerdotale (1P 2, 5). Comme nous l’avons remarqué lors de notre session annuelle d’avril dernier, notre thème pastoral est bien vaste et délicat dans une société encline à un individualisme à outrance et à une recherche de sa propre suprématie. Avec les experts qui nous ont aidés non seulement à inventorier les potentialités dont nous disposons ; mais aussi à avoir un regard sur notre vie et notre être ensemble, nous avons pris conscience que le thème : « Œuvrons pour la construction d’une famille authentiquement chrétienne » nous invitait à bâtir une tour (cf. Lc 14, 28), chose qui demande réflexions et analyses.

Avons-nous pu construire une famille aux allures authentiquement chrétiennes ? Avons-nous pu suivre les différentes structures de la paroisse (groupes de prière, mouvements, association) à travers des enseignements qui rappellent les valeurs de la vie chrétienne ? Avons-nous pu regarder l’ensemble de nos activités pastorales paroissiales de par lesquelles transparaissent l’ardeur et la vitalité de cette vie authentiquement chrétienne ? Avons-nous pu, dans nos presbytères et dans nos communautés religieuses, témoigner de cette vie chrétienne authentique ? Avons-nous pu respecter nos engagements paroissiaux et diocésains, en ce qui concerne l’animation des aumôneries que nous avons librement choisies en début d’année et dont le fonctionnement nous revient ? Avons-nous joué notre rôle en tant que responsables de secteur, en matière d’animation, de mobilisation et de sensibilisation de chaque agent pastoral au respect des directives et normes et de l’esprit à faire prévaloir pour atteindre les objectifs de ce thème d’année ?

Le constat est plus que clair, ce thème d’année pastorale nous met face aux exigences de notre vie chrétienne initiée par le baptême.

Loin de nous laisser gagner par la lassitude en raison de l’ampleur des sacrifices à consentir et de l’ascèse à vivre, chacun de son côté, et en communauté, nous avons pris l’habitude d’invoquer l’assistance de l’Esprit sans lequel il est impossible de vivre ses engagements baptismaux : « Si le Seigneur ne bâtit la maison, vaine est la tâche des maçons » (Ps 126, 1). En effet, nous n’avons pas voulu vivre dans l’illusion que peut susciter dans les cœurs, la beauté de la construction d’une famille dont les membres vivraient de l’amour. L’amour dont il est question ici, c’est le dessaisissement de soi pour l’autre à l’exemple du Christ qui a donné sa vie en sacrifice afin de nous obtenir le salut.

Nous avons découvert l’importance de la centralité de l’Eucharistie d’où partiraient toutes nos activités de la journée, et où elles doivent aussi aboutir. On n’a pas à attendre la conversion de l’autre pour agir au nom de sa foi. Conformément à l’exhortation de notre Seigneur lui-même, « que votre lumière brille aux yeux des hommes, pour qu’en voyant vos bonnes actions, ils rendent gloire à votre Père qui est dans les cieux » (Mt 5, 16), des efforts sont faits à tous les niveaux. Toutefois le chemin à parcourir est encore long. Et comme l’a souligné le Pape François, il est indispensable  « d’être centré, solidement axé sur Dieu qui aime et qui soutient. Grâce à cette force intérieure, il est possible d’endurer, de supporter les contrariétés, les vicissitudes de la vie, et aussi les agressions de la part des autres, leurs infidélités et leurs défauts » (Gaudete et exsultate, n° 112)

C’est pourquoi, au terme de cette année pastorale, nous rendons grâce au Seigneur pour le peu qui a été fait. Même les impairs des uns ont été des grâces de Dieu pour aider les autres à se ressaisir et à aller de l’avant. Grâce à l’assistance de l’Esprit, la vie communautaire et les rapports interpersonnels se sont nettement améliorés. Aussi n’avons-nous pas à nous arrêter en si bon chemin. La tension sera à poursuivre à la prochaine rentrée pastorale selon l’évaluation qu’a faite la commission diocésaine chargée de nous accompagner à vivre le thème d’année pastorale. Et j’ajouterais que nous devons poursuivre cette tension tout le reste de notre vie en vue de parvenir à l’état d’homme fait à la mesure de la stature parfaite du Christ (cf. Ep 4, 13)

Au nom du diocèse et en mon nom personnel, je voudrais remercier de tout cœur, les uns et les autres pour les efforts et les suggestions qui ont été des pierres précieuses pour notre rapprochement. Un merci particulier aux agents pastoraux en fin de mission dans notre diocèse et bénédiction sur les instituts et les structures qui ont bien voulu nous venir en aide. Nous continuerons d’accompagner les stagiaires qui ont donné le meilleur d’eux-mêmes et qui ne se sont pas considérés comme des cheveux dans la soupe. Puisse le Seigneur les bénir et les garder toujours du mauvais !

A ceux qui partent en congé, je souhaite de refaire les forces afin de mieux rebondir l’année prochaine à la suite du Seigneur ! A tous ceux qui avaient bien débuté l’année avec nous et que la miséricorde de Dieu a rappelés, puissent-ils reposer en paix après avoir reçu la couronne du bon combattant ! A nous qui restons au front et aux nouveaux agents pastoraux qui nous rejoindront l’année prochaine, que la Vierge-Marie, Mère de l’Eglise, intercède en notre faveur pour que nous ne manquions jamais de confiance pour enseigner lorsque la mauvaise conscience fera parfois obstacle à la Parole de Dieu.

Ainsi, depuis le siège pastoral de la Paroisse Saint Joseph de Gansosso, continuant de me recommander à votre soutien priant, je déclare close l’année pastorale 2017-2018 dans le diocèse de Kandi, en cette veille de ma dix-neuvième année d’épiscopat.

+ C. FELIHO

                                       Evêque de Kandi

VATICAN
Barre titre
EGLISE D'AFRIQUE
Barre titre
LES DIOCESES ET INSTITUTIONS
Barre titre
LES MÉDIAS 
Barre titre